# Le temps est venu de

C'est l'appel lancé par Nicolas Hulot ce matin à travers un manifeste de 100 propositions qui exige une radicalité d'humanisme.

Son but, lancer un message très fort, mondial, que le temps est venu de changer le monde autour d'un horizon commun

#Letempsestvenu du lobby des consciences en disant haut et fort quel monde on souhaite et quel monde on rejette.

Il nous demande d'envahir les réseaux sociaux pour exiger de nos gouvernements une planification à long terme autour de nouveaux modèles qui changent d'échelle.  Définir le bien commun et le protéger pour sauver l'humanité.

Les nouveaux modèles économiques, sociaux, écologiques devront être cohérents. 

Il faudra conserver les acquis positifs qui protègent le commun tout en rejettant ce qui détruit et crée des inégalités, parler de Juste échange plutôt que de Libre échange. 

C'est le rejet du capitalisme sauvage qui décide à la place du politique en spéculant sur le bien commun, sur les ressources alimentaires tout en s'organisant pour payer le moins d'impôt possible.  Il faudra définir le commerce international sur la bases des biens virtueux versus les biens toxiques.

Il faudra changer les règles ficales.  Plutôt que de pénaliser les revenus de travail difficile il faudra les valoriser et pénaliser les revenus de spéculation (l'argent facile).

Il faudra mettre en place des institutions internationales qui géreront et protégeront les biens communs (la forêt Amazonienne, les Océans, les terres arables, ...).  Mettre en place des institutions démocratiques nationales pour planifier le long terme.  Il faudra mieux répartir les richesses en les limitant.  

Bâtir un monde qui se réconcilie avec une Nature dont il dépend et qui ne laisse personne de côté.  

Nicolas Hulot estime qu'il faut faire des choix en grand, aller très loin dans l'innovation.  Il nomme les monnaies locales comme exemple permettant aux plus vulnérables d'accéder à des biens et services de proximité.

Selon lui, il y a une révolution à opérer, planifions la ou elle se fera dans le chaos.

L'entrevue de Brut.

Commentaires

Pour consulter les commentaires ou pour commenter cette publication, vous devez vous connecter sur Passerelles ou vous inscrire.